SHOW REVIEW

Sting - patchwork...

Hier à la Patinoire de Bordeaux-Mériadeck, le chanteur anglais Sting jouait son répertoire - ancien et nouveau, aux ambiances variées et métissées.

Une huitaine de musiciens entourent Sting, qui se tient en chanteur-bassiste devant. La voix, reconnaissable entre mille, va servir de lien à un répertoire aux influences les plus larges possibles. Son jeu de scène, d'instrumentiste et d'interprète, s'accompagne d'une mise en place lumineuse relativement sobre, qui crée des climats sur des toiles, des éventails, des sphères.

Dès le second titre, il tombe la veste, et se retrouve en débardeur. On est bien loin du costume avec queue de pie d'il y a quelques années, qui allait de pair avec une image intello-chic, et des poses théatrales shakespeariennes. Sting subit un revers de popularité internationale, et semble désormais jouer dans un registre de bateleur pop, plus proche, plus musicien, plus concerné par l'échange; comme à ses débuts avec Police.

Il alterne d'ailleurs les succès de l'époque, et les siens propres, comme 'If You Love Somebody...', toutes ces scies qui ont fait son succès, avec des nouveaux titres. Leur matière assure la pérennité d'une formule à base de métissages, jazz, rythm and blues, reggaeta, pop, qui s'ouvre désormais aussi au rap et au rai. Sting fournit un miel toutes fleurs, au point que le batteur Manu Katche se lance dans un rap en francais. Et que Cheb Mami vienne le rejoindre le temps d'un 'Desert Rose', qu'ils chantent déjà en duo sur disque.

Ainsi, entre un 'Englishman in New York' de son histoire solo, que la foule chante et rythme en applaudissant, une 'Roxanne' impérissable qui rappelle le tournant des années 70 et l'avènement des 80, plus les nouveaux titres du dernier album 'Brand New Day', Sting renoue avec la chaleur communicative. Elle se transmet parmi un public certes amateur, mais sans doute plus conquis que lors de son précédent passage.

(c) Sud Ouest by Patrick Scarzello

SET LIST

(0) Reviews and Comments